VIDEO. Coronavirus : le plus ancien fabricant de jeans français a réussi à produire très vite 85 000 masques grâce à ses fournisseurs présents dans l’Hexagone

La proximité de ses partenaires a permis à une société en Lozère de répondre en quelques jours à la pénurie de masques de protection contre la Covid-19. “Merci le ‘made in France’ de tous les jours”, se félicite son patron Julien Tuffery… Extrait du magazine “13h15 le dimanche” du 31 mai 2020.


Go to Source
Author:

Recent drug shortages in Europe overshadow half a century of trade surpluses

The Covid-19 shock led to shortages in essential drugs in many European countries, including France. Such insufficiencies are not new in the global pharmaceutical market, which is clearly dominated by advanced countries, and particularly those in Europe. China’s and India’s pharmaceutical-trade shares continue to overall only be modest, although they have been rising over time, and have become central for some products.

This advanced-country predominance has held for over half a century, as can be seen in the CHELEM database, which lists the values of bilateral trade flows in current US dollars for 71 product categories, going back to 1967. The “GF” product category here includes basic pharmaceutical products pertaining to organic chemistry (alkaloids, antibiotics, hormones, vitamins and so on) and pharmaceutical preparations (medicines, blood, vaccines etc.).

The breakthrough of Ireland and Belgium

Pharmaceuticals has been one of the most dynamic industries in terms of international-trade growth. Between 1967 and 2018, annual trade flows rose by an average of 11.7% at current prices (as compared to a figure of 9% p.a. for all goods). This growth rate is similar to that of electrical components (14% p.a.) and telecommunications equipment (12.4%). The share of pharmaceutical goods in international trade increased sharply from 1% in 1989 to 2.8% in 2003, and was 3.3% in 2018.

Figure 1: Pharmaceuticals versus electronic products. Shares of world trade in goods (%).
CEPII, CHELEM-International trade database, Author provided

Since 1967, the share of pharmaceutical exports originating from advanced countries has hovered around 90%, with the EU-28 accounting for between 62% and 72% of world exports, and Germany, France, the United Kingdom, the Netherlands and Italy being significant exporters over the entire period (Figure 2, exports).

The shares of Ireland and Belgium in this trade skyrocketed in the 2000s. By 2018, Ireland was the third-largest exporter of pharmaceutical products (accounting for 9.1% of world exports), ranking just behind Germany (15%) and Switzerland (12%), but ahead of the United States (8.7%), itself followed closely by Belgium (7.8%). The sharp increase in Belgium’s share in world imports in 2002 can be entirely attributed to purchases from Ireland (Figure 2, imports).

Figure 2: The share of advanced countries in world pharmaceutical trade (%). Notes: Advanced countries are defined according to the IMF (WEO, April 2020). Only those with a share of over four per cent of world trade are depicted individually here.
CEPII, CHELEM-International trade database, Author provided

The spectacular rise of these two small EU member states with attractive tax systems owes much to the location decisions of multinational firms. These firms established affiliates in these countries, boosting local production and creating an intricate network of trade links across the Atlantic. Belgium has turned into a platform for the re-export of pharmaceutical products to not only the United States but also its European partners (mostly Germany). As for Ireland, its remarkable surplus hides sharp asymmetric movements in its European exports (mainly to Belgium, Germany and the United Kingdom): as exports to one country rise, they fall by the same amount to other European countries. The overall trend in Ireland is of a falling surplus toward Europe, matched by a rising surplus toward the United States (with figures of 4% of the world trade in pharmaceutical products in 2018 with each of these two trade partners).

In 2018, Belgium was the United States’ main customer (accounting for one tenth of US exports) while Ireland was the US’s main supplier (furnishing over 20% of US imports). The fiscal and industrial strategies of multinational companies within the US/Ireland/Belgium triangle inflate the share of the European Union in the global trade in pharmaceutical products.

The rise of emerging economies

Advanced countries have substantially increased their share of world imports: from 56% in 1967 to 76% in 2018 (See Figure 2). The United States on its own accounts for three-quarters of this 20 percentage-point rise. The European Union’s share in world imports, although below its share in world exports, remained at over 40% throughout the period (peaking at 57% in 2004).

India and China are the only emerging countries to play a significant role in the pharmaceutical trade (Figure 3), with shares that have been rising steadily since the mid-2000s. In 2018, India and China each accounted for 3% of global exports. China exports mainly to the European Union (14% of its sales), and then to India and the United States (9% each). India primarily sells to the United States (17%), and then to Africa (11%) and the European Union (7%).

Figure 3: The share of India and China in world pharmaceutical trade (%).
CEPII, CHELEM-International trade database, Author provided

India’s small share of world imports has not varied much over the last 50 years – it was just 0.6% in 2018 (Figure 3, imports, above). However, its main import partner, which was previously Europe and the Commonwealth of Independent States (CIS) region, is now China, up from less than 1% of its purchases in 1979 to over 40% in 2018.

On the contrary, Chinese imports have been rising since 2005, especially since the Great Recession and the rebalancing of its growth toward domestic demand. The reform of China’s healthcare system has also played a role. Most Chinese pharmaceutical imports come from Europe (20% in 2018), far ahead of imports from the United States (6%).

The international fragmentation of production

The map of international pharmaceutical trade confirms the central position of Europe: in 2018, 46% of world trade in pharmaceuticals took place in the “Europe & CIS” region (39% originating from the EU, 6% from other European countries, and 1% from the CIS), while the figure for the intra-European share of all goods in world trade is only 29%. Europe also takes the lion’s share of inter-regional flows, mostly with the Americas (with this latter flow corresponding to 18% of world pharmaceutical trade) and then Asia & Oceania (9%). Less than one quarter of pharmaceutical trade originates from the rest of the world, with a figure for Asia & Oceania of barely 11% (as compared to their figure of 35% for aggregate trade).

Map: The intra- and inter-regional pharmaceutical-trade. Share in world pharmaceutical trade in 2018 (%). Notes: The table displays the sum of intra- and inter-regional flows shown on the map for each region. The sum of exports from Europe & CIS to the Americas (18%), Asia & Oceania (8.9%), Africa & the Middle East (3.6%) and intra-European trade (46.1) together accounts for 76.6% of world exports.
Author provided

For over half a century, advanced countries have been running massive trade surpluses with respect to the rest of the world in the pharmaceutical sector. In 2018, their trade surplus was still 13% of the world trade in pharmaceutical goods, despite having dropped markedly between the late 1960s and early 2000s (Figure 4).

Figure 4: Market positions in world pharmaceutical trade (trade balance as a% of world pharmaceutical trade). Note: Advanced countries are defined according to the IMF (WEO, April 2020).
CEPII, CHELEM-International Trade database, Author provided

Among advanced countries, the experiences of the United States and Europe have diverged since the Great Recession: the trade balance worsened for the United States to reach a 9% deficit in 2018, while the fall in the European surplus has stopped, with a surplus figure that is now 25% of the world trade in pharmaceutical goods. The mirror image of the worsening of the US balance has been growing surpluses in Ireland, Switzerland and Germany vis-à-vis the United States.

Among the emerging countries, India’s surplus has been rising steadily, but remains relatively small (2% in 2018), while China’s trade balance has turned slightly negative with its rising imports (Figure 4).

Despite its substantial surplus (one quarter of world trade in pharmaceutical goods), Europe has in recent years faced growing supply difficulties, in part linked to the international fragmentation of production, the concentration of pharmaceutical firms, and the just-in-time inventory-management strategies of multinationals.

The sector is characterised by a high level of R&D investment; most innovative products are expensive, and margins remain high as long as the products are covered by patents. However, the low-cost production of generic drugs and active ingredients is being offshored to India and China. The Covid-19 pandemic and the shortages of some key medicinal products has revealed the weaknesses of the Old Continent, portraying Europe as a giant with feet of clay.

The Conversation

The authors do not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organization that would benefit from this article, and have disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.


Go to Source
Author: Deniz Unal, Économiste, CEPII – Recherche et expertise sur l’économie mondiale, CEPII

À l’ombre de la pandémie : mourir et disparaître aux frontières

La pandémie de Covid-19 qui, depuis la fin de l’année 2019, se propage partout dans le monde confirme que nous sommes engagés dans une « mutation écologique et durable irréversible ». De fait, le virus Covid-19 nous renvoie soudainement et de manière éclatante à la finitude de nos existences : malgré tout ce dont l’espèce humaine est capable, nous réalisons violemment que nous ne pouvons tout contrôler.

Surtout, nous ne pouvons pas avoir la maîtrise complète de la biologie : notre corps se révèle dans sa vie nue, pure et simple, tuable et insacrifiable. Mais si de nombreux individus peuvent, après leur décès, être pleuré·e·s et recevoir une digne sépulture, ce n’est pas le cas pour tous. Après la mort, les inégalités sociales et économiques continuent de se manifester.

La douleur de l’incertitude

Plusieurs témoignages de parents de défunt·e·s illustrent l’incommensurable souffrance provoquée par l’incertitude qui entoure la perte d’un être cher décédé sans qu’il ait pu être accompagné pour son dernier voyage. En Italie, par exemple, où les funérailles ont été interdites, les familles restent sans réponse : comment est-il.elle mort·e ? Où était-il.elle ? Est-ce que nous pourrons le.la voir une dernière fois ? Ces questions hantent les proches du.de la défunt·e et rendent le vécu de l’événement extrêmement complexe.

Les changements de la gestion de la mort et des funérailles au temps du Covid-19 nous invitent à nous interroger sur l’importance, pour les proches d’une personne décédée, de connaître les circonstances de sa mort et d’avoir la possibilité de célébrer les rites funéraires : lorsque ces deux conditions ne sont pas réalisées, l’incertitude croît et trouble profondément le deuil. Cet état rappelle l’angoisse qui s’empare des membres des familles des migrants qui disparaissent ou meurent aux frontières après avoir entrepris le voyage vers l’Europe, ne disposant pas des documents nécessaires à l’entrée dans l’espace Schengen. Ici et ailleurs, dès lors que les migrations sont illégalisées et aboutissent au régime incertain de la disparition, l’impossibilité de pleurer les proches et le doute concernant leur sort l’emportent sur tout le reste.

Malgré les similitudes, l’écart reste toutefois important : si le virus Covid-19 rappelle la vulnérabilité qui nous caractérise en tant qu’êtres humains et montre les frontières très labiles entre « bonne » et « mauvaise » mort, il est absolument nécessaire de complexifier l’analogie élaborée ci-dessus pour mieux rendre compte de cette fragilité. En effet, malgré la privation de liberté de mouvement induite par le confinement, les familles des individus qui meurent à cause du Covid-19 savent que leur proche est décédé·e, tandis que les parents des individus qui disparaissent ou meurent aux frontières ne savent rien de leur devenir. Dans ce deuxième cas, l’incertitude est totalisante : elle marque l’entrée dans un régime d’absence inexplicable et indéterminée qui pénètre tous les aspects de leur vie. La fragilité dont nous parlons est distribuée de manière extrêmement inégalitaire parmi les populations des différents continents, à l’échelle même des pays. Certains peuvent conserver le droit de connaître le destin de leurs proches, malgré la pandémie. D’autres, qui subissent également des injustices « en temps normal », assistent au contraire durant ce moment particulier à une exacerbation du non-respect de leurs droits.

La fin des rassemblements des familles de migrants disparus

Avant la pandémie, les familles des disparus ou morts aux frontières pouvaient se rassembler et s’organiser en mouvements. En Tunisie, où nous avons enquêté, les mères et les épouses des disparus, les harragas en dialecte nord-africain, se réunissent depuis 2011 en face des ministères, équipées de banderoles et de mégaphones, afin de réclamer le droit de connaître le sort de leurs chers aimés. C’est par leurs corps manifestants et dans leurs corps qu’elles témoignent de l’injustice qu’elles subissent : montrant leur immense souffrance, elles demandent vérité et justice pour leurs enfants et maris.

Souade, une des mères, déclarait lors d’une conférence au Maroc qui s’est tenue début février 2020 :

« Nous, on est des morts, mais on bouge. »

Avant le confinement, le fait de pouvoir descendre dans la rue, de pouvoir utiliser leur voix pour hurler leur douleur et leur colère, de pouvoir montrer leur corps pour affirmer qu’elles et leurs maris ou enfants existent, leur donnaient un pouvoir d’action conséquent, le pouvoir de faire exister l’événement de la disparition et de l’inscrire dans une temporalité collective. Désormais, elles ne peuvent plus bouger : comme tout le monde, elles sont confinées à domicile, figées dans un présent qui dure. La possibilité de faire réseau dans la rue, d’occuper l’espace public et de faire entendre leurs voix est suspendue, et il semble difficile de prévoir pour combien de temps le droit de se rassembler restera ainsi suspendu.

Nombre d’entre elles, ne sachant pas utiliser les outils technologiques, n’ont pas la possibilité de transposer leurs sit-in sur Internet. Atomisées et enfermées, elles n’ont plus la force de se réorganiser. En effet, se mobiliser dans un espace virtuel demande une série de compétences et d’outils – avant tout, une connexion Internet – qui ne sont pas toujours disponibles. Le digital, bien qu’il puisse donner l’occasion de relier des personnes habitant des deux côtés de la planète, n’est pas accessible à tous. Sachant que la majeure partie des familles des disparus tunisiens vivent une situation économique difficile, la manifestation online n’est pas une option alternative valide. De plus, elle n’aurait probablement pas les mêmes effets : occuper l’espace avec un corps vivant est une action extrêmement forte, qui ne permet pas le déni. À l’inverse, une photographie sur Internet peut être facilement ignorée. Le confinement, pour ces femmes, signifie invisibilité complète et (r)enfermement ; il veut aussi dire isolement non seulement physique, mais aussi émotif.

Lors de notre terrain de recherche en Tunisie, nous avons pu remarquer combien il était important pour ces femmes de se soutenir mutuellement, simplement en buvant du thé en silence, dans une même pièce, en s’échangeant quelques mots. Alors que ce support mutuel est désormais impossible, certaines d’entre elles essaient de se téléphoner, de se rappeler ensemble qu’elles ne sont pas seules et que le combat pour connaître le sort de leurs proches est encore d’actualité, prêt à reprendre dès que la situation le permettra. Une formule résume cet état : la suspension dans le suspendu.

Une vulnérabilité accrue

Même si la pandémie a mis fin à la majeure partie des activités sociales et économiques, les départs de la côte nord de l’Afrique vers l’Europe n’ont jamais cessé, la situation extrêmement grave en Libye en témoigne. Ces corps hyper-vulnérabilisés, à la merci des vagues et de décisions politiques irresponsables, s’efforcent de rejoindre ce qu’ils.elles considèrent comme une terre promise. Mais le Covid-19 est prétexte pour les pays européens à se déclarer « pays dangereux » et normaliser ainsi la pratique de non-assistance des voyageurs en détresse en mer, avec des résultats meurtriers. Un nombre toujours plus important de voyageurs.euses continue donc à mourir et à disparaître durant le trajet, laissant leurs familles dans l’incapacité de comprendre ce qui s’est passé.

Dans cette période où toute l’attention médiatique, politique et économique est consacrée aux conséquences du virus, la question des disparitions et des morts aux frontières semble de moins en moins intéresser l’opinion publique. Pourtant, la souffrance des voyageurs.euses et de leurs familles s’accroît, tout comme la spirale de déni qui les guette, qui s’exacerbe et les rend, si possible, encore plus invisibles aux yeux des autorités, tandis que les activistes des deux rives de la Méditerranée s’efforcent de rappeler leur existence).

Si face au Covid-19, nous semblons égalitairement vulnérables en raison de notre appartenance à une commune humanité, dès que l’on creuse un minimum, on constate que ce virus accentue les inégalités devant la mort. À New York, par exemple, les corps des individus qu’aucun membre de la famille ne réclame sont enterrés dans une énorme fosse commune, à la périphérie de la ville. En France, les disparités posent la question d’une politique reposant sur un principe de justice sanitaire plutôt que seulement de police sanitaire. Les déséquilibres explosent et exposent de manière différenciée les individus à la mort et à la possibilité de pleurer les proches : ceux qui disparaissaient ou mouraient en tentant un voyage considéré illégal vers l’Europe voient le risque de mort et disparition accentué, et ceux qui n’avaient pas le droit au deuil continuent à en être privés.

The Conversation

Constance De Gourcy a reçu des financements de Labex-Med.

Sofia Stimmatini does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organization that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.


Go to Source
Author: Constance De Gourcy, Sociologue, Aix-Marseille Université (AMU)

Comment le Covid-19 malmène les rites et le temps du deuil

Sergei Borisov

« Je voulais l’enterrer moi-même ; il avait droit à une “belle” mort, une mort digne, entourée de toute sa famille […] quand la nouvelle de la mort de mon père m’est tombée dessus telle une foudre, me retrouver à des milliers de kilomètres au moment précis de la perte était une réelle damnation… »

Voici ce que m’a confessé J.B., un ami et fils d’un homme décédé des suites du Covid-19.

Ces dernières semaines, partout dans le monde, d’autres vivaient des situations semblables, marquées par le bouleversement des rites habituels liés à la perte d’un être cher. Citons le cri de détresse d’un jeune Italien coincé chez lui avec le corps inanimé de sa sœur. Elle était morte depuis plus de 24 heures. Ou encore, la voix époumonée d’une jeune étudiante, qui n’a pas su faire ses adieux à son grand-père décédé en Iran. Autant de témoignages de l’indicible d’une mort sans rituel.

Même éparses, ces histoires finissent toutes par converger vers le même besoin : accomplir l’ultime devoir et faire amende honorable envers ses défunts.

Comme le notait Pauline Boss en se référant à la théorie de l’attachement de Bowlby, il semblerait de fait que l’on ne puisse se délier d’un être cher qu’à condition de pouvoir participer activement aux rituels d’adieux et d’hommages au défunt. C’est ce qui amorce, d’après l’auteur, le processus de détachement. De fait, au moment de la perte, l’âme des défunts, pour les vivants, se trouve dans un état de transition. Mais l’achèvement de la transformation, comme dans tout rite de passage, nécessite l’intercession d’une communauté assujettie à la facilitation de l’enterrement, à la fois littéral et symbolique.

La crise sanitaire a changé la donne, en amenant des milliers de personnes à faire face au deuil et à la douleur isolés, sans étreintes réconfortantes et sans support communautaire.

Quand le rite est confisqué

Confisqué dans ses manifestations habituelles et partagées, le deuil ne cesse pas de ne pas s’inscrire pourrait-on dire avec Lacan, face à l’impossibilité de symboliser la perte en l’absence de rites. Toute ritualité est, de fait, empêchée. D’abord, en raison des règles de distanciation sociale. Mais aussi parce que les proches des défunts, se retrouvent troublés dans le processus d’acceptation de la mort. Comme déshérités de leur droit de mémoire, ils vacillent, entre une soumission inévitable aux nouveaux rites dénaturés, et le dessein qu’ils ont à entretenir avec le mort, a fortiori, avec toute la communauté.

Au-delà, le confinement impose également une réflexion sur le rituel et sa fonction au moment du stade ultime de la vie avant la mort. Qu’en est-il de ces personnes, dont le pronostic vital est engagé, qui agonisent seules sur un lit d’hôpital ? Ou encore celles qui partent en silence confinées dans des Ehpad ?

La ritualité commence avant l’acte d’enterrement et bien avant la sépulture. Les regards ultimes attestent le départ. La proximité physique liée aux moments de veille en compagnie de la personne en fin de vie, de même que les dernières paroles échangées sont autant de gestes qui façonnent la mémoire-relique pour accompagner l’épreuve douloureuse de la perte.

La mort est toujours une fêlure dans le réel, qui interrompt brutalement la conversation avec une personne aimée. Mais au temps du Covid-19, le récit même du deuil se trouve confisqué aux vivants, définissant un nouveau socle social sans épitaphe.

« Je n’ai pas vu la mort passer, mon grand-père est parti si vite que je n’ai même pas eu le temps de lui parler […] J’aurais aimé qu’il me livre ses derniers mots, j’aurais aimé garder en résonance ces dernières paroles, je n’aurais eu pour souvenir et pour legs que cela ». (W.M. ayant perdu son grand-père en mars 2020, témoignage lu sur Twitter)

Sans la dimension anthropologique liée à la perte, faite de rites qui permettent la sacralisation du défunt, le corps mort devient suspect. Il est condamné au verdict de l’oubli dès lors que toute fonction d’inscription dans le souvenir est empêchée.

La mémoire n’est autre qu’un rite forgé de commémorations. Or en temps de pandémie, le traitement des corps, placés dans des housses mortuaires scellées et enterrées sous surveillance extrême donne une dimension obscène (du latin obscenus/indécent) au cadavre emporté hors champ de vision, hors champ de mémoire.

Un temps étiré

La pandémie modifie notre conception du temps qui semble s’étirer face à l’incertitude induite par une situation nouvelle. Selon William James, dans son ouvrage The Principle of Psychology(1890), les émotions peuvent entraîner des distorsions temporelles. L’anxiété et la peur imprègnent désormais un quotidien chamboulé dans sa ritualité la plus commune. Le temps semble s’étirer aussi quand une effraction traumatique advient et c’est ainsi que « toute temporalité rituelle vient soutenir la temporalité psychique et les processus de transformation et de métabolisation psychique.

Les traditions sémiotiques et monothéistes prévoient des rites de deuil rythmés de manière très précise – c’est le cas dans les familles de confession juive ou musulmane. C’est aussi le cas dans la tradition Bouddhiste tibétaine ou encore celle du Japon où les rites funéraires culminent le 49e jour après la mort.

Quand le rituel est entravé, le temps, qui semble confiné autant que l’espace, est perçu comme plus long, tandis que le moment de la commémoration est différé.

Inventer des rituels

Face à l’effraction dans le réel d’une perte beaucoup trop violente, citons l’histoire de cette mère américaine qui a inventé un rituel inédit pour maintenir l’objet (en l’occurrence sa fille) psychiquement présent :

« À Natchez ville, au bord du fleuve Mississippi, Florence Irene Ford avait seulement 10 ans lorsqu’elle est morte de la fièvre jaune, le 30 octobre 1871. Pendant sa courte vie, elle avait très peur des tempêtes et des orages. À chaque fois que cela se produisait, la petite fille se précipitait dans les bras de sa mère pour trouver du réconfort. À sa mort, Madame Ford fut tellement frappée par le chagrin qu’elle fit construire une fenêtre en verre au-dessus du cercueil de sa fille, flanqué de quelques marches, et protégé par des trappes métalliques. Pendant des années et à l’abri de la tempête, la mère de Florence Ford s’installait sur les marches pour lui lire un conte ou lui fredonner une berceuse jusqu’à ce que le ciel se calme. »

Cette mère continue à raconter des histoires, et à bercer ses peurs, créant une sorte de cordon ombilical de substitut. Cela la relie au sépulcre, où la mort s’écarte et s’efface, en faveur de ce que Fédida appelle « un compromis illusoire d’un toujours vivant ». Florence Irene Ford n’est pas morte. Elle est maintenue en état de sommeil par ce rituel maternel de veille et en pérennité. Madame Ford acquiert un sens à sa perte, dans « le désir de conserver quelque chose de ce dont elle se sépare sans, pour autant, devoir renoncer à s’en séparer ». Au-delà de la réalité de la perte qui l’accable, elle invente un rituel possible dans l’espace de ce qui manque. Elle dilate le temps, pour ne pas en voir le bout !

La dichotomie du rite : du temps à la traversée

Des siècles après, le Covid-19 fait éclater la problématique de l’appréciation du temps, mais questionne en plus l’espace et ses restrictions. Lors des commémorations qui ont lieu dans le contexte du confinement le réel et le virtuel se confondent : remise de diplômes pilotée à distance par des étudiants japonais qui manipulent des robots, mariage où les invités sont remplacés par leur portrait sur les bancs de l’église ; ou retransmission des obsèques d’une infirmière par vidéo-conférence…

Dans ce conflit autour du temps confiné du deuil se dessinent les prémisses d’un nouvel édifice psychique autour de la mort et ses rites, qui promet une dichotomie entre une technologie qui raccourcit le temps, et une traversée de deuil allongée.

The Conversation

Frida Benattia does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organization that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.


Go to Source
Author: Frida Benattia, Doctorante en études psychanalytiques, Chercheuse en psychanalyse et Psychopathologie, Université de Paris