Le Président tunisien accusé d’interférer dans le débat sur la peine de mort

Kaïs Saïed, le chef de l’État tunisien, a affiché publiquement son intention d’appliquer la peine de mort après l’assassinat d’une jeune femme dans la banlieue de Tunis. Une position dénoncée par la Coalition tunisienne contre la peine de mort qui estime que la déclaration du Président va à l’encontre du moratoire appliqué par le pays depuis 1992.


Go to Source
Author: